« Le Duel de la Dame de Carrouges »

 

Notre seigneur, Jehan IV de Carrouges, était un preux et vaillant chevalier à l’image de son père qui avait été honoré de la haute charge de Capitaine et Viscomte de Bellême sous le règne du Roi Jean Le Bon.

Alors qu’il venait d’épouser, en deuxièmes noces, la jeune et belle Marguerite de Thibouville, dame de Fontaine la Sorel, il fut appelé à suivre l’Amiral Jean de Vienne dans une expédition guerrière en Ecosse.

Pendant son absence lointaine, soucieux de ne point laisser sa jeune épouse isolée dans son château de Carrouges, il la laissa retourner vivre auprès de siens, à Fontaine la Sorel, non loin de Brionne, où il la retrouva après une bien pénible campagne.

Après s’y être reposé un temps, il passa visiter sa mère, au manoir de Capomesnil situé entre Pont l’Evêque et St Pierre sur Dives, afin qu’elle accueille Marguerite pendant qu’il irait rentre compte de sa mission auprès du jeune Roy de France (Charles VI).

Malheureusement, c’est là qu’elle se fit violer le 18 janvier 1386. Malgré les menaces de déshonneur qu’elle encourrait en dévoilant les faits, elle accusa toujours l’escuyer Jacques Le Gris, chambellan, au même tître que son époux, du Comte Pierre II d’Alençon dont il était de surcroît le favori. Jehan demanda tout de suite réparation de l’outrage au Comte qui rejeta l’accusation en ajoutant qu’il répondait de son favori.

En faveur auprès du Roy qu’il venait justement de visiter, le Seigneur de Carrouges obtint que sa cause soit soumise en dernier appel au Parlement de Paris qui ne réussit point à trancher et accepta la demande de Jehan de Carrouges de faire appel au jugement de Dieu. Il ordonna donc un duel judiciaire qui eut lieu le 29 Décembre 1386 à Paris, présidé par le Roy Charles VI et sa jeune épouse Isabeau de Bavière.

Selon un rituel très ancien, le duel se fit à cheval d’abord puis à pied ensuite. Bien que blessé, notre Seigneur de Carrouges réussit à faire choir Le Gris et à le tenir en respect avec son épée « Manus Deï » avant d’exécuter la justice de Dieu avec l’accord du Roy. Ainsi, même sans les aveux de l’accusé, la mort reconnaissait en Le Gris le criminel.

Jehan de Carrouges continua sa carrière de Chevalier au service du Roy et trouva la mort en croisade contre les Sarrazins de Bajazeth, à la fameuse défaite de Nicopolis.

Ses trois fils Robert, Thomas et Jehan ne ternirent point l’honneur de la famille en combattant vaillamment au prix de leur vie, contre l’invasion anglaise et du coup, ils se virent confisquer leur château de Carrouges au profit d’un escuyer du Roy d’Angleterre, « Jean de Montoëre ». C’est Jean Blosset, époux de l’’héritière de Carrouges qui recueillera le château après la Guerre de Cent-Ans.

 

Cette histoire figurait sur une tapisserie du château de Charles IX à Blois et elle est développée par « Mary Cousin » dans un ouvrage historique relatant, au fil de son épée, toute la vie de ce valeureux Seigneur et intitulé : 

« Manus Deï »

L’épée du Seigneur de Carrouges

 

Roman que vous pouvez commander page contact

Découvrez cette histoire extraite du roman en cliquant sur

"Tables des matières"